Walk on the wild side (coup de gueule)

cendd

Aujourd’hui je ne vais pas vous parler de paillettes, de chaussures ou de talons hauts mais plutôt de celles qui les portent, parfois… souvent : les filles ou de joie ou prostituées.

La prostitution c’est un sujet délicat avec une forte odeur de soufre, ou de souffrance. Elle rime souvent avec «bas-fonds  et misère mais parfois aussi avec luxe et luxure.

La prostitution est une abjection quand elle est subie mais qu’en est-il lorsqu’elle est voulue ?

Voulue, souhaitée, désirée, ces mots ont du mal à se frotter aux cuisses des belles qui arpentent fièrement les trottoirs, et pourtant certaines les revendiquent tout comme celles qui vendent leurs corps devant une caméra.

Alors pourquoi les unes seraient considérées comme des victimes, et les autres comme des stars à la sexualité affirmée, alors que dans les deux cas il y a vente de service sexuel ?

Si je pose cette question, c’est que j’ai été irritée, choquée, outrée par certaines réactions au projet de loi sur la pénalisation des clients de la prostitution. Je ne parlerai même pas du magazine Causette  et du manifeste des 343 salauds qui ont déjà fait beaucoup trop de pub à leurs auteurs mais d’autres réactions, plus pernicieuses car sensées être compatissantes.

Le 25 octobre dernier,  j’écoutais l’émission « Service public » sur France Inter consacrée à la proposition de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution, qui va être votée d’ici la fin de la semaine et que vous pouvez réécouter ici

Et là, mon sang n’a fait qu’un tour en entendant les propos de la féministe invitée : Anne-Cécile Mailfert, porte-parole d’Osez le féminisme, une des associations du collectif « Abolition 2012 ».

Avant de vous expliquer pourquoi, une petite mise au point s’impose :

Je ne suis absolument pas contre le féminisme, bien au contraire, et je bénie les celles qui m’ont permis de voter, de travailler, d’avorter, d’avoir des orgasmes sans tomber enceinte, et qui se battent aujourd’hui pour l’égalité des droits entre hommes et femmes et contre toute forme de violence à l’encontre des femmes.

De ce fait, je m’insurge aussi contre la prostitution lorsque celle-ci est subie, ce qui veut dire aussi que je respecte le droit des femmes (et des hommes bien sûr) à disposer de leur corps comme ils/elles l’entendent.

Les propos de cette « féministe » m’ont d’abord irritée, tant ils étaient manichéens, donc sans nuances, partant du postulat que la prostitution c’est l’avilissement de la femme au profit d’hommes incapables de maîtriser leurs pulsions sexuelles.

Mais ce qui m’a fait surtout bondir, c’est sa réaction après l’écoute d’une prostituée racontant qu’elle faisait ce métier par choix mais dans des conditions difficiles, qui empireraient si ce projet de loi passait. Telle un politicien aguerri, A.C. Mailfert a éludé les questions et déformé les propos de la prostituée pour continuer à asséner son petit discours de militante. Ce qui est choquant c’est surtout cette façon de ne pas écouter la principale intéressée. En voulant la sortir de sa condition sans entendre ce qu’elle a dire, elle l’y renvoie encore plus bas. Ne pas écouter quelqu’un c’est la forme la plus grande de mépris. Mépris qui fait écho à celui de l’Etat, qui les tolère, encaisse leurs impôts mais ne fait rien pour améliorer leurs conditions, se réfugiant derrière une morale de pacotille.

A ce titre je vous invite à lire ceci qui résume bien toute l’hypocrisie de cette loi et le fait que les féministes feraient bien d’aller voir sur le terrain ce qui se passe avant de se positionner de manière si radicale.

Moi qui me suis sentie toujours sentie profondément féministe, je ne me reconnais pas dans ce féminisme-là qui décide pour ses sœurs de ce qui est bien ou mal sous prétexte de les protéger et  je ne peux y adhérer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s